Quels sont vos points faibles ?

points faibles recherche emploiLa plupart des candidats répondent qu’ils sont trop perfectionnistes ou trop minutieux, et transforment ainsi leurs défauts en qualités !

L’employeur ne pose pas cette question pour vous embarrasser. Il veut simplement se faire une idée sur vous et, par le fait même, tester votre capacité à vous remettre en question. Un autre voudra, quant à lui, connaitre les risques qu’il prend en vous embauchant.

Les points faibles

Il n’est pas nécessaire de se montrer parfait. Rien n’est plus énervant et irréaliste que quelqu’un qui prétend ne pas avoir de défauts. D’ailleurs, qui n’a jamais eu d’échecs ni de doutes ?

Montrez que vous vous connaissez vous même et donc que vous discernez vos faiblesses. Vous êtes attentif à celles ci et vous avez développé des mesures pour en tenir compte. Ainsi, on passera rapidement à autre chose.

Si vous êtes désordonné et que vous postulez un emploi en bureau des méthodes, vous n’êtes pas sur la bonne voie ! Il en va de même si vous êtes individualiste alors que l’emploi que vous souhaitez exige de nombreux travaux d’équipe. Si l’on vous pose l’inévitable question, le mieux est de répondre que vous n’avez pas de défauts majeurs, puis d’énumérer les points que vous pourriez améliorer.

Des réponses possibles grâce au coaching

Faites toujours suivre votre défaut d’une solution pour vous améliorer. Voici quelques réponses envisageables :

BAVARD : On ne dit pas : « je parle toute la journée avec mes collèges », mais : Certains disent que je parle beaucoup. En fait, je communique souvent avec les équipes pour bien comprendre les enjeux et les répercutions que mon travail peut avoir. Par exemple, quand on lance un nouveau produit, cela impacte le les méthodes, le support client, la qualité, les calculs… Pour moi, une bonne communication permet une bonne préparation.

SENSIBLE : On ne dit pas : « je suis touché dès que je suis contrarié », mais : Je suis un peu sensible. C’est parce que je prends à cœur mon travail. j’ai tendance à en faire une question personnelle. Depuis 2 ans, je fais de la relaxation. Et bien ça m’a permis de faire la part des choses et d’être beaucoup moins sensible qu’avant.

TIMIDE : On ne dit pas : « je n’ose pas parler, ni regarder mes collègues dans les yeux », mais : Je suis un peu réservé. Vous ne me verrez pas passer des heures à papoter à la machine à café. Je préfère travailler dans le calme, et rendre mon travail dans les temps. J’essaie de m’améliorer en participant à des discussions entre amis. Je suis un peu timide, mais lorsque je commence à me sentir bien dans un groupe, je suis capable de m’investir. Depuis 6 mois, je prends des cours de théâtre. Ça m’aide énormément. Je suis beaucoup plus à l’aise quand je prends la parole en réunion.

DESORGANISE : On ne dit pas : « je suis bordélique », mais : Mon bureau n’est pas forcément le plus rangé. C’est mon côté créatif. Mais mon travail, lui, est très carré. Quand on travaille en équipe, il faut savoir être structuré. C’est pourquoi je garde ma créativité pour la phase de réflexion, ensuite je rentre dans le rang. Ou : Je ne vois pas le temps passer en réunion. Il m’arrive de déborder sur la durée prévue. J’en ai conscience et je fais des efforts pour me structurer et me discipliner davantage. Déjà, je crois avoir bien progressé. »

STRESSE : On ne dit pas : « je suis un éternel stressé », mais : Je prends à cœur mon travail. J’ai une petite tendance à être soucieux lorsqu’on me confie un travail très difficile ou complexe, mais c’est par souci de bien faire les choses. Lorsque je me trouve dans cette situation, je valide mon travail plus souvent auprès de mon supérieur. Parfois, quand les délais sont courts, je peux paraître stressé. Mais au fond, c’est un moteur pour continuer de me dépasser et atteindre les objectifs fixés.

ANGLAIS On ne dit pas : « I don’t speak English », mais : En anglais, je suis plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Mais je travaille ce point en apprenant le vocabulaire technique. Je me fais mon livret de vocabulaire. J’écoute des films en anglais, et je regarde les sous titres anglais Et pour pratiquer, j’ai prévu de partir 15 jours à Londres pour les prochaines vacances.

LENT (OU FAIGNANT) : On ne dit pas : « je suis un escargot / je glande toute la journée », mais : Pour certains, je prends trop de temps avant d’agir. En réalité, j’ai besoin de prendre le temps de la réflexion et de l’analyse. Un projet lancé à la va-vite aura des répercutions négatives sur toutes les équipes, et sur le client final.

IMPATIENT : On ne dit pas : « je ne sais pas attendre », mais : Parfois, je suis un peu impatient. Quand je travaille sur un projet, j’ai hâte qu’il soit lancé. Avec les années, j’ai appris à canaliser mon énergie et à savoir attendre. Rome ne sait pas faite en un jour.

CARRIERISTE On ne dit pas : « je suis prêt à écraser mes collègues pour booster ma carrière », mais : Je crois énormément aux valeurs du travail. Certains appellent cela du carriérisme. Je ne suis pas d’accord. Être fidèle à l’entreprise et voir ses efforts récompensés sont pour moi synonymes de reconnaissance. C’est pourquoi je m’investis beaucoup dans mon entreprise et j’espère acquérir toujours plus d’expériences et, au fil des années, pouvoir monter les échelons.

TETU On ne dit pas : « je suis têtu comme une mule », mais : On m’a dit une fois que j’étais têtu. En fait, pas du tout. J’ai parfois besoin d’être convaincu. Si on me dit qu’il faut arrêter de vendre tel ou tel produit alors que les clients les plébiscitent, j’aime savoir pourquoi.

AVARE On ne dit pas : « je suis radin », mais : Certains plaisantent en disant que je suis près de mes sous. En réalité, je gère parfaitement les budgets de mon département.

N AIME PAS LE CONFLIT On ne dit pas : « je suis toujours d’accord », mais Il est difficile pour moi de dire non. En fait, j’ai encore tendance à dire oui facilement, mais en y ajoutant maintenant une échéance réaliste. Je n’aime pas réprimander les gens, alors quand j’ai à le faire, je commence par un élément positif.

Révélez de vrais défauts sur vous, mais qui sont en fait mineurs et corrigibles dans le cadre de votre emploi. Vous pouvez tout aussi bien mentionner un point faible qui n’est pas du tout en lien avec vos fonctions professionnelles. Par exemple, vous pouvez avouer être un peu désordonné à la maison, mais en précisant qu’au travail, vous êtes tout le contraire : vous occupez bien vos fonctions, vous êtes organisé et structuré.

Ne vous faites plus surprendre par cette question. Prévoyez une liste de points à améliorer pour ne pas figer bêtement devant l’employeur.

Ne vous dévalorisez pas devant le recruteur.

Cliquez sur les icônes j’aime de Facebook, Twitter, G+, Linkedin

Rédigé le  12 oct. 2015 1:40  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site